L’ONU recommande « que d’ici 2030, chaque adulte ait un accès abordable aux réseaux numériques, ainsi qu’aux services numériques financiers et de santé. Ceci serait un moyen de contribuer grandement à la réalisation des Objectifs de développement durable. »

Cet horizon nous oblige à penser dès à présent notre stratégie inclusive, à destination des adultes, mais aussi des plus jeunes.

L’inégalité existante

Avec près d’un milliard d’abonnés sur Facebook, plus de deux milliards d’ordinateurs en circulation dans le monde et presqu’autant de téléphones portables que d’êtres humains, l’enjeu de la transformation numérique n’est pas uniquement technologique mais aussi culturel et social. Si la jeune génération « digital native » grandit avec le numérique et apprivoise les outils avec une facilité déconcertante, il n’en est pas de même pour toute la population.

Aujourd’hui, 13 millions de Français se disent éloignés du numérique. Cette fracture est territoriale, liée à l’âge et à la situation familiale mais aussi aux niveaux d’étude et de revenus. 17% de la population française serait touchée par l’illectronisme, soit 17% de citoyens qui n’ont pas accès à internet, ne disposent pas d’équipement informatique ou ne savent pas comment utiliser les nouvelles technologies selon l’INSEE.[1] Selon cette même étude, 38% des usagers manquent d’une compétence numérique dans au moins un des domaines suivants : la recherche d’information, la communication, l’utilisation de logiciels…

Dans ce contexte de transformation numérique accélérée, l’Etat doit garantir à tous l’accès aux services publics mais aussi permettre la diffusion généralisée et globale d’une culture numérique.

Si le numérique irrigue notre quotidien, chacun doit pouvoir faire partie de l’aventure, qu’il soit digital native, senior, cadre au cœur d’une métropole ou agriculteur en zone rurale.

Tous concernés

Si le numérique peut faciliter le quotidien, il revêt aussi un caractère désormais essentiel : conserver un lien social, poursuivre et maintenir l’activité de son entreprise. Demain, il sera généralisé dans l’accès aux soins et la finance. Nous disposerons tous d’une identité numérique. Effectuer la moindre démarche nécessitera un accès et une maîtrise des outils numériques.

Chaque citoyen doit donc disposer des mêmes chances et personne ne doit être laissé sur le bord du chemin pour embrasser un futur numérique réussi.

L’éducation numérique : une priorité

L’un des piliers de transformation numérique passera par l’éducation. Nos enfants sont le présent. Ils doivent grandir en maîtrisant les outils du numérique qu’ils sont et seront amenés à utiliser et à faire évoluer. Ils sont aussi l’avenir et doivent aborder celui-ci en disposant tous, des connaissances et des compétences clés qui seront un levier de leur inclusion sociale et économique. Une non-maîtrise du numérique sera un facteur de marginalisation aux conséquences lourdes.

Le numérique inclusif se pense donc en intégrant tous les écoliers, collégiens et lycéens de France. Agir pour la montée en compétences numériques est la condition du développement d’une société numérique performante, humaine et pérenne.

Ce futur numérique intégrera les dimensions essentielles d’inclusion sociale, de mixité, de diversité et de protection de l’environnement.

Les Millennials, qui maîtrisent à la perfection les outils à leur disposition sont aussi socialement très engagés. Ils aspirent à une quête de sens. Soucieux d’une consommation plus écologique et responsable, l’écologie fait sens pour nos concitoyens et les jeunes générations.

Une stratégie nationale pour un numérique inclusif

Dans le cadre du Plan de relance, l’État, les collectivités territoriales et les acteurs de l’inclusion numérique mettent en œuvre une stratégie nationale de lutte contre la fracture numérique.

2 millions de pass numériques, 4000 conseillers numériques France Services, 170 tiers-lieux « Fabriques de Territoire » soutenus, 11 hubs territoriaux sont autant d’actions lancées en faveur de l’inclusion numérique.

Au total, 250 millions d’euros sont mobilisés afin de proposer une solution d’accompagnement au numérique à tous les Français.

Si l’Etat a un rôle clé à jouer, c’est bien collectivement que nous devons donner du sens à cette transition numérique en la mettant au service des défis écologiques et de l’inclusion.

Intégrer ces éléments dans notre dynamique d’entreprise, dans notre philosophie, notre management, notre stratégie d’innovation , notre communication et nos divers engagements, est une obligation morale.

Si le numérique est un secteur d’avenir, porteur de nombreuses opportunités, il sera aussi un vecteur d’inclusion.


[1]   Source INSEE 2019

Articles similaires

Tous les articles
Praesent Donec leo. et, dolor. mi, risus